Le synonyme du mots Roumain en Europe, c’est la discrimination ! by Alexia Chiriac

Le synonyme du mots Roumain en Europe, c’est la discrimination ! by Alexia Chiriac

June 4, 2020 French Romanian 0

Le synonyme du mots Roumain en Europe, c’est la discrimination !

(Translation of previous Romanian article)

Plus que jamais, la discrimination reste un sujet tabou en 2020. Personne ne veut admettre qu’ils participent directement ou indirectement sous une forme ou une autre à la discrimination. La question est de savoir si tout le monde subit la discrimination de la même manière ou si seulement certaines personnes sont plus exposées à cette situation malheureuse. Beaucoup sont convaincus qu’ils n’appartiennent pas à cette catégorie qui discrimine, mais malgré cela la discrimination commence lorsque nous traitons et jugeons certaines personnes différemment des autres et dans la plupart des cas d’une manière moins positive.

Pourquoi dis-je cela ? Parce que j’ai une double culture franco-roumaine, et l’impact de la discrimination, bien que je l’aie ressenti très jeune, n’était pas le même.
Pour une personne née en France, la discrimination est moins violente qu’une personne d’origine roumaine.

La discrimination est partout, dans la rue, à l’école, au travail et sur Internet. Ceci est uniquement présent parce qu’il y a une différence de couleur de peau, de religion, du pays d’origine, d’handicap, d’apparence ou d’appartenance, de sexe ou d’orientation sexuelle….

Il n’y a pas de structure parfaite, mais il est bon de comprendre que l’attitude d’un individu n’a rien à voir avec le caractère général et les valeurs d’un pays tout entier.

Certes, il y a des Roumains moins bien, mais ils sont une minorité qui, par leurs actes, ne devrait pas nuire à l’image globale de tous les Roumains.
Indépendamment de l’effort de millions de Roumains aux réalisations formidables, leurs succès seront probablement réduits à ce que la presse et l’opinion publique connaissent de la Roumanie.

Des énormes efforts ont été faits aux niveaux micro et macro-politique pour prévenir, combattre ou punir toute forme de discrimination, mais malheureusement, sa présence dans la vie quotidienne est toujours visible.

Le problème est que les Roumains se sont « habitués » à cette situation. Ils étaient humiliés, ridiculisés, marginalisés sans qu’ils réagissent. Beaucoup de Roumains trouvent ça « normal » que les gens les regardent et les traitent « différemment » et sont impuissants à prendre position contre un système déjà prédéfini. Il devrait y avoir une conscience unanime et prendre position pour sortir de ce cercle vicieux. Pour changer quelque chose, chacun doit être responsable lorsqu’il est exposé à toute forme de discrimination. Mais malheureusement, par peur des conséquences, d’avoir aucun changement, et de mettre en péril leur situation, ils n’agissent pas.

Statistiquement, il y a des centaines de Roumains qui travaillent et vivent décemment dans toute l’Europe. Ils sont des gens normaux qui se sont intégrés dans un nouveau pays et participent quotidiennement à la vie de la communauté à laquelle ils appartiennent, prouvant ainsi qu’ils sont au même niveau que les autres minorités. C’est juste que la presse, en particulier les tabloïds, n’arrête pas d’associer excessivement les cas de Roms, de mendiants, de proxénètes et d’autres criminels à la nation roumaine.
De toute évidence, la vérité n’est pas seulement celle présenter tout le temps. Par contre, qui a le pouvoir de changer cette situation tant que les bonnes actions de ces Roumains sont ignorées ou moins présentées. Il y a beaucoup d’abus qui sont faits, précisément sur ce manque d’information, d’ignorance ou d’intérêt d’exposer une autre face de la réalité.

Il ne faut pas oublier que la discrimination s’apprend de la maison, s’apprend dans l’entourage, s’apprend et se propage par manque de culture. La solution est l’éducation, la politesse et le respect.

J’apprécie et termine avec la citation de Simon Weil : « L’égalité consiste dans la reconnaissance publique, générale, effective, exprimée réellement par les institutions et les mœurs, que la même quantité de respect et d’égards est due à tout être humain, parce que le respect est dû à l’être humain comme tel et n’a pas de degrés. Par suite, les différences inévitables parmi les hommes ne doivent jamais porter la signification d’une différence dans le degré de respect… Une certaine combinaison de l’égalité et de l’inégalité est constituée par l’égalité des possibilités » !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *