LE SEUL BON SYSTÈME EST LE SOUND SYSTEM

LE SEUL BON SYSTÈME EST LE SOUND SYSTEM

January 28, 2019 French 0

C’est au début des années 90 que les free parties se sont installées en France ; fraîchement arrivées des voisins anglais de l’autre côté de la Manche, elles se sont enracinées et ont donné naissance à de multiples groupes qui ont formés les premiers sound sytems de l’hexagone.

Une free party, aussi connue populairement sous le nom familier en verlan de teuf, est une grande fête organisée par des collectifs qui posent leurs systèmes de sonorisation pour que le public puisse écouter de la musique électronique. Ces grandes réunions, de ceux qu’on appelle les teufeurs, ont lieu dans des endroits assez inhabituels car elles restent illégales. Pour y accéder, les organisateurs mettent en place une infoline qui aura été communiqué sur un tract. Cela donne aux fêtards la possibilité d’obtenir plus d’informations sur les lieux où tout se passe, et de faire passer l’information en faisant du bouche à bouche. Une fois arrivée, et après avoir donné une petite contribution monétaire, la foule se met à danser au rythme de la musique qui varie selon les collectifs des sound systems : de la techno, du drum n bass, de la trance, de l’acidcore….

tract provenant d’un sound system en idf

C’est dans les années 80 que tout a commencé. En Grande Bretagne, la techno fit son apparition au sein des clubs anglais. Néanmoins les boites de nuits n’étaient pas reines sous le gouvernement de Thatcher qui les soumettait à des lois strictes. En réponse à ces restrictions, la rave est née grâce aux dit travelers, issus du mouvement punk des années 70, qui ont eu l’idée de les organiser. Le mouvement s’étendra jusqu’à qu’un des sound systems fasse une tournée dans le sud de la France en 1991 et 1992, ce qui inspirera les collectifs français à se former.

Le problème c’est qu’il y a une grande polémique qui entoure le mouvement culturel de la free party. Avec les diverses répressions de la part du gouvernement, comme le retrait du dispositif anti-raves de Jospin de 2001, il est évident que la société ne voit pas ces fêtes en tant qu’endroits de partage et de nouvelles connections. Les free parties sont blâmées pour de nombreux problèmes qui surgissent lors de leur occurrence :

  • Un des sujet de polémique est l’atteinte au droit de propriété car les free parties se déroulent sur des terrains, qu’ils soient agricoles ou bien des constructions désaffectées, sur lesquels aucun accord n’a été passé auprès des propriétaires.
  • L’atteinte à l’environnement est aussi un argument qui est utilisé contre ces fêtes car des dégâts peuvent être provoqués par la présence d’une foule de ravers qui polluent les environs aussi bien avec des déchets que des nuisances sonores.
  • L’esprit anarchiste et libertaire associé aux free parties est très tolérant de l’utilisation de drogues à usage récréatif. Cela créé des forts risques d’intoxication qui n’adhèrent surement pas à la loi.

Une liste de problèmes qui remet en cause le mouvement de la free party. Cependant, les teufeurs continuent à se rebeller contre les forces de la police pour faire vivre leur communauté. C’est un véritable style de vie qui promeut l’entraide à travers la musique.  Rien n’arrête un peuple qui danse !

photo from collectifs sound-systems idf

words by Elissa Vinh

featured image