‘LE HÉRISSON’ by Duoya Li

‘LE HÉRISSON’ by Duoya Li

October 6, 2020 French 0

Ce qui importe, ce n’est pas de mourir, c’est ce qu’on fait au moment où on meurt. Renée, qu’est-ce que vous faisiez au moment de mourir ? Vous étiez prête à aimer.

Adapté du roman L’Élégance du Hérisson de Muriel Barbery, Le Hérisson est un film qui explore les questions de la vie et de la mort dans une manière émouvante et peut-être imprévue.

Paloma est une jeune fille de onze ans née dans une famille riche parisienne. Elle est intelligente et aime fortement la culture japonaise, mais la vie des riches lui semble banale et insignifiante : son père s’occupe seulement du travail ; sa mère nerveuse s’est faite psychanalyser il y a dix ans ; et sa sœur est ambitieuse et parfois insolente. Selon Paloma, les riches ressemblent le poisson rouge dans un bocal. Donc, elle a décidé de se suicider à son douzième anniversaire. En même temps, la concierge, Renée Michel, vit ses jours dans la même façon monotone — au moins c’est ce qu’on en pense. Au-dessous son apparence froide et peu sociable, Renée a une passion ardente pour la littérature, avec une salle toute dédiée aux livres, cachée derrière une porte fermée. L’apparition de Monsieur Ozu bouleverse le quotidien de Renée et le plan du suicide de Paloma. Étant japonais et adorant la littérature, il gagne l’amitié de tous les deux.

Le film dans le film
La dernière chose que Paloma veut faire avant sa mort est de tourner un film en dévoilant le cœur pauvre des hommes riches et pourquoi la vie est tellement absurde. Ainsi on perçoit la vie de sa famille et de Renée à travers la caméra de Paloma. Une fois, Paloma met un verre devant la caméra en filmant sa famille : donc sa sœur devient un poisson dans un bocal. C’est aussi devant la caméra de Paloma que Renée raconte sa vie solidaire avec triste sarcasme. D’ailleurs, Ozu invite Renée à regarder un film japonais chez lui. Sana doute, c’est un moment extraordinaire : une concierge est invitée par un riche locataire parce que Renée est plus élégante que tous les autres locataires.

Un poisson dans un bocal
Comme un motif dans le film, le poisson rouge signifie la vie sans aucun sens. Quand Paloma donne du somnifère au poisson, elle est convaincue qu’il meurt, mais Renée trouve dans sa salle de bain que ce poisson survit miraculeusement. Après avoir été frappée par la mort imprévue de la concierge, Paloma retrouve l’espoir pour vivre à travers le poisson rouge : on n’est pas enchaîné par le bocal mais par soi-même.

La culture japonaise
Monsieur Ozu est tellement raffiné, comme illustré par la cuisine japonaise, la décoration simple mais élégante dans son appartement, voire la musique classique qui commence tout de suite quand on est assis sur les toilettes. Paloma, fascinée par la culture et la langue, passe son temps en jouant au Go et conversant avec M. Ozu. Paloma explique que le génie du Go est que pour gagner il faut vivre et aussi faire vivre l’adversaire, donc la philosophie dans ce jeu implique déjà la beauté et la pouvoir de la vie.

La littérature
À la première rencontre de Renée et Ozu, Renée cite Anna Karénine de Tolstoï: « Toutes les familles heureuses se ressemblent » et Monsieur Ozu répond tout de suite que « mais toutes les familles malheureuses le sont chacune à leur façon ». Le chat de Renée s’appelle Léon, le prénom de Tolstoï, et les deux chats d’Ozu s’appellent Kitty et Lévine, les personnages dans Anna Karénine. Ainsi leur passion pour la littérature devient le lien principal entre les deux. La chambre cachée et pleine de livres de Renée signifie qui elle est en réalité au-dessous de son déguisement d’un hérisson et peut-être aussi le vrai sens de sa vie. L’élégance intérieure, c’est la richesse de la vie intellectuelle comme celle de Renée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *