Le décès progressif des cafés-concerts parisiens

Le décès progressif des cafés-concerts parisiens

January 29, 2019 French 0

Ca fait déjà un petit bout de temps que les fermetures administratives des petites salles de concerts parisiennes se font sentir. Ca à d’abord commence avec le Pop-In, la Mécanique ondulatoire, la Féline, l’Espace B… Des fermetures de, certes petites scènes, mais mythiques pour la musique indé à Paris, qui ne font que s’enchainer. Et on se demande bien pourquoi la peste au sein de ces établissements semble se propager si rapidement.

Fair Love Party at Le Café de la Danse (photo by Elissa Vinh)

La préfecture de police signale et dénonce ‘les fermetures tardives, les nuisances sonores et le travail illégal’. Cependant, comment se fait-il que leur interdictions s’abattent d’un coup fatal si imprévu ? Cela fait vingt ans que l’Espace B est ouvert dans le dix-neuvième arrondissement, alors pourquoi est-ce que la commission de sécurité se fait soudainement si sévère ? Un complot contre la préservation de la diversité culturelle ?

Dusk Totem playing at Le Café de la Danse (photo by Elissa Vinh)

On a vu défiler des centaines de concerts avec succès dans cette établissement qui était un rendez-vous incontournable auparavant pour les amoureux de la musique indé. C’est avec regret que la salle de concert ferme et laisse plus de place à son bar-restaurant, ‘C’est avec tristesse et frustration que nous vous annonçons que la Préfecture de Police a ordonné une fermeture administrative de l’Espace B’. Tous les concerts qui devaient avoir lieu furent déplacés et répartis dans d’autres salles. Cependant, qui sait si elles ne feront pas l’objet de fermeture elles aussi dans l’avenir.

Silly Boy Blue playing at Espace B (photo by Elissa Vinh)

Il faut lutter contre ces fermetures injustes qui disent non à la représentation de la musique indé dans Paris. Désormais, on se demande bien comment la naissance de nouveaux artistes pourra se passer.

Elissa Vinh

(featured photo by Elissa Vinh)